Beaumerie pendant la Seconde Guerre mondiale

Pendant la Seconde Guerre mondiale, le village de Beaumerie-Saint-Martin était occupé par la Wehrmacht.
Deux crash d’avions ont eu lieu dans les terres de Beaumerie-Saint-Martin: celui d’un avion de chasse allemand abattu en Juin 1940 au-dessus de Beaumerie et celui d’un bombardier anglais abattu dans la nuit du 24 au 25 juin 1944 au-dessus d’Etaples et qui s’est écrasé dans les champs de Beaumerie-Saint-Martin.
On notera également la présence des noms des morts de Beaumerie pendant la Guerre 1939-1945 sur le monument aux morts de la commune.

L’affaire de l’avion de chasse Messerschmitt Me 109E en Juin 19401

En Juin 1940, suite au mitraillage de l’aérodrome d’Ecuires par des bimoteurs anglais, les avions de chasse allemands ont essayé de les prendre en chasse. L’un de ces avions piloté par le lieutenant Lorenz s’est fait abattre dans les première minutes de combat dans les terres de Beaumerie-Saint-Martin.

Le blockhaus allemand de Beaumerie-Saint-Martin

Le blockhaus de Beaumerie-Saint-Martin  est une construction spéciale (Sonderkonstruktion),  situé en bordure de la route D138 (de Montreuil-sur-mer à Campagne-lès-Hesdin), près du château de Beaurepaire, au hameau de Saint-Nicolas.




Blockhaus Beaumerie Saintt Martin

Blockhaus au hameau de Saint-Nicolas



Pour expliquer la présence de ce blokhaus,  il y a 3 hypothèses:

  1. ce blockhaus serait lié à l’existence de la base V1 de Brunehaut-Pré (distante d’environ 7 kilomètres) et aurait servi à vérifier la bonne direction des V1.(1)
  2. la deuxième hypothèse, lié à la première, serait que ce blockhaus était un leurre destiné à tromper l’aviation anglaise en lui faisant croire à la présence d’un aérodrome pour la détourner de la base de V1 de Brunehaut-Pré. En effet, les Allemands avaient voulu faire croire à l’existence d’un aérodrome en installant, dans les champs voisins du blockhaus, des avions en bois.(2)
  3. la troisième hypothèse, tient à la proximité du château de Beaurepaire réquisitionné par des hauts-gradés de la Wermacht et le blockhaus de Beaumerie Saint Martin aurait servi à les protéger avec l’installation de mitrailleuses.
    Des baraquements de soldats étaient établis dans le petit-bois de Beaurepaire, tandis qu’un canon anti-aérien (Flak) était installé à proximité du blockhaus.

Ce blockhaus est un abri pour mitrailleuse à deux créneaux. Les créneaux comportent de nombreux redans anti-ricochets. L’entrée (vers la route), est disposée en chicane. Un local-abri pour le personnel de garde comporte une issue de secours en cheminée. Dans ce local, les parois de béton étaient recouvertes de lambris.(3)

L’accès à ce blockhaus est fermé et il se trouve sur une propriété privée.

L’affaire du bombardier Lancaster du 97ème Squadron du Bomber Command

Dans la nuit du 24 au 25 juin 1944, à 0h30, un bombardier anglais du type Lancaster du 97ème Squadron du Bomber Command a été attaqué par un chasseur allemand au sud d’Etaples. Il faisait partie d’un raid aérien de 739 appareils au départ de Coningsby, en Angleterre, et sa mission était de bombarder la rampe de lancement de V1 à Prouville, dans la Somme.
Il est touché et passe en feu au-dessus de Marles-sur-Canche avant de finir sa chute dans les champs de Beaumerie-saint-Martin, entre le village et le hameau de Saint-Nicolas.

L’équipage était composé de 7 membres :

  • 1 pilote, qui s’est parachuté à Marles-sur-Canche et qui a été caché par la Résistance locale jusqu’à la libération,
  • 1 mécanicien navigant qui est tombé de l’avion en chute libre (son corps a été retrouvé deux jours plus tard dans les marais de Marles-sur-Canche),
  • 1 navigateur, 1 bombardier et 1 mitrailleur de queue, qui se sont parachutés. Ils ont été faits prisonniers par les Feldgendarmes de Montreuil jusqu’à la fin de la guerre.
  • 1 mitrailleur supérieur et 1 opérateur radio, dont les corps ont été retrouvés dans l’épave de l’avion.(4)
Le monument au morts de Beaumerie et les morts de 1939-1945

Sur le monument aux morts de Beaumerie Saint Martin, vous pouvez lire les noms des morts pour la France de notre commune pendant la Seconde Guerre mondiale.



Monument aux morts en 1939-1945 (Beaumerie-St-Martin)



  • PRUVOT Gilbert
  • FOURRIER Marcel
  • MEUROT Marcel
  • FONTAINE Hippolyte

Sur la gauche, au pieds du monument aux morts, on peut lire sur une plaque:

A NOTRE NEVEU
EDOUARD BALLOY
DECEDE EN CAPTIVITE 




Plaque Monument aux Morts de Beaumerie-Saint-Martin

plaque Monument aux morts de Beaumerie-Saint-Martin










Le calvaire de Beaumerie-Saint-Martin

En reconnaissance de la protection des lieux pendant la Guerre 39-45, Monsieur DELPLANQUE, notaire à Montreuil et propriétaire de ferme à Beaumerie, a érigé en 1946 le calvaire sur sa propriété.(5)





Le calvaire à Beaumerie-Saint-Martin






Sources:

1- MM. Guillaume RAULT et Lucien VASSEUR
2- MM. de SAINTE-MARESVILLE, H. BEHAGHEL et  de GELAS
3- MM. Guillaume RAULT et Lucien VASSEUR
4- MM. Guillaume RAULT et Lucien VASSEUR
5- Mme LOCQUEVILLE

Revenir à l’histoire de Beaumerie en 1914-1918

(61)